journal créatif,  vidéos

L’autopictographie (à vos souhaits) ou pour parler plus simplement le dessin Spontané

Autopictographie ! voilà le mot est lâché. Et quel mot ! 
Auto-pictography! That’s it the word is dropped. And what a word!

C’est Serge Goldwicht qui en 2005 l’a créé pour définir la méthode et les exercices qui l’accompagnent, destinés à faire ré-émerger le dessin spontané chez l’adulte.
Généralement le dessin spontané dans l’inconscient collectif, se trouver « réservé » au monde de l’enfance. Tracer des dessins sans but esthétique, instinctivement comme le font tous les jeunes enfants, nous apparaît bien souvent futile. Et pourtant  bien avant l’écriture, c’est le premier moyen de communication et de partage d’émotion de l’enfant.
It was created by Serge Goldwicht in 2005 to define the method and exercises that accompany it, intended to re-emerge spontaneous drawing to the adults. Generally, spontaneous drawing in the collective unconscious, is “reserved” to the childhood world. Drawings without an aesthetic purpose, instinctively, as all young children do, often appears futile to us. And yet, well before writing, it’s the first means of communication and sharing of emotion of the child.

Très vite (autour de 7/8 ans) avec l’apprentissage de l’écriture, nous délaissons le dessin spontané. Notre peur de rater, de savoir ou non bien dessiner, et vous savez ces petites phrases assassines que l’on a tous entendu un jour : Ce n’est pas comme cela qu’on dessine ça ! Ce n’est pas beau ! c’est du Picasso ? !  , tous ces freins, aussi bien internes qu’externes font que nous délaissons  le dessin spontané.
Very quickly (around 7/8 years old) with the learning of writing, we abandon the spontaneous drawing. Our fear of missing, of knowing or not how to draw and you know those little murderous phrases that we all heard one day: “This’s not how we draw that! This is not beautiful! It’s Picasso?” All these limits, internal as well as external, make us abandon the spontaneous drawing.

Pourtant les bénéfices de la pratique du dessin spontané sont nombreuses : tout d’abord le plaisir ressenti lors de la création du dessin, et puis cette espèce de bien être que l’on ressent comme si tout le stress accumulé c’était soudainement évaporé. C’est extrêmement libérateur. Le fait de lâcher prise, de ne rien contrôler, d’y aller à l’intuition, nous apprends à voir les choses sur un autre angle, et développe notre créativité. Et puis si on ose franchir le pas et se lancer dans cette pratique, cela boost notre « soi » profond, Le regard que nous portons sur nous change.
Yet, there is many benefits from this practice: first of all, the pleasure felt during the creation of the drawing and then there is this kind of well-being that one feels as if all the accumulated stress has suddenly disappeared. It’s extremely liberating. Letting go, not controlling anything, going intuitively and all that, teaches us to see things from another angle and develops our creativity. And if we dare to take the step and start this practice, it boosts our “self” deep, the way we see ourselves is changing.

Je vous encourage à développer cette pratique, qui évidement fait partie de toute la palette du journal créatif. Je vous propose d’ailleurs cet exercice tiré du livre de Serge Goldwicht : le manuel de dessin spontané à l’usage des adultes.  
I encourage you to develop this practice, which of course is part of the entire creative journal panoply. I also propose this exercise from the book by Serge Goldwicht: “le manuel de dessin spontané à l’usage des adultes.

 

Les petits points de l’origine.
Small points of the origin.

« Prenez une feuille A4 (pour débuter), placez la horizontalement devant vous. Avec un stylo bille tracez des petits points sur votre feuille. Le but n’est pas de dessiner, de créer, mais simplement d’occuper cet espace avec des points, d’entamer la feuille blanche avec franchise et affirmation.  Pointiller et même marteler. Très vigoureusement, débutez n’importe ou dans l’espace blanc. Prenez et suivez un rythme (ne vous posez aucune question, agissez. Faites des points, occupez la surface  »
“Take an A4 sheet (to begin with), place it horizontally in front of you. With a ballpoint pen, draw small dots on your sheet. The purpose isn’t to draw or to create but to simply occupy this space with dots, to start the white page with frankness and affirmation. Do dots and even hammer the page with you pen very vigorously and start it anywhere in the white space. Take and follow a rhythm (don’t ask any question, take action, make dots and occupy the surface.”

Ce début de travail doit durer une dizaine de minutes. Pendant ce temps, concentrer votre regard sur votre stylo bille, en l’utilisant de différentes positions : verticale, puis inclinée, main levée ou main posée. Il ne s’agit pas de faire vos points distraitement en pensant à autre chose. 
This beginning of work must last about ten minutes. Meanwhile, focus your eyes on your ballpoint pen, using different positions: vertical, tilted and freehand or not. It isn’t about making your dots distractedly thinking about something else.

« passez de temps à autre à des petits traits, des griffures. Promptement sans y penser, sans vouloir faire joli, sans intention de dessiner quoi que ce soit.
“From time to time pass small strokes, scratches, quickly without thinking, without wanting to look pretty or intention to draw anything.”

 

Tout en poursuivant l’occupation de l’espace qui devient de moins en moins blanc, fouillez du regard les petits points, les traits, les mini-motifs. l’objectif est à présent d’entourer rapidement un groupe de points pour y isoler un visage, des visages de face, de profil. Quand je parle de visage je précise qu’il peut s’agir de faces humaines ou animales, ou tout ce qui évoque une tête. Afin de les faire apparaître, précisez les yeux la bouche, le nez en les marquant davantage « .
Inutile de vous poser la question de comment je dois dessiner une bouche, les yeux, le nez, ce qui importe ici ce n’est pas l’exactitude de l’anatomie, mais plutôt les expressions de vos visages.
While continuing the occupation of the space that becomes less and less white, look for small dots, features and mini-patterns. The goal now is to quickly surround a group of dots to isolate a face, faces or profile. When I talk about faces, I specify that it can be human, animal faces or anything that evokes a head. To make them appear, specify the eyes, the mouth and the nose by marking them darker then the rest. No need to ask you the question: “how I should draw a mouth, eyes and nose?” What matters here isn’t the accuracy of the anatomy but rather the expressions of your faces.

Une fois cela fait, prenez une pause, buvez tranquillement votre café, thé, ou autres. (5 minutes). Puis reprenez, trouvez d’autres visages, faites d’autres points (dans les parties encore blanches), il sera temps ensuite de rajouter les corps, dans un premier temps juste des lignes pour les former. Commencez par choisir quelques visages, ceux qui vous attirent. Ensuite marquez les en griffonnant des lignes plus noires (voir la vidéo) afin de bien démarquer les corps.
Ensuite laissez-vous guider par votre intuition. Rajoutez bras, jambes, vêtements. Essayez de les animer (c’est ce qui moi me pose le plus de problèmes d’ailleurs) pour qu’ils ne paraissent pas figés.
Once it’s done, take a break, drink quietly your coffee, tea or other drinks. (5 minutes) Then go back to it, find other faces, make other dots (still on the white parts), then it’ll be time to add the bodies, at first just lines to form them.  Start by choosing a few faces, those that attract you. Mark them by scribbling black lines (as seen on the video) to stand out the bodies.
Then Let yourself be guided by your intuition. Add arms, legs and clothes. Try to animate them (that’s the most difficult part for me) so that they don’t seem to be static.

Ensuite vous pouvez repréciser des traits, des expressions. Votre dessin est terminé.
To finish, you can specify the traits and expressions. Your drawing is finished.

Voila ce qu’a donné mon premier essai :
Here you can see my first try:

dessin spontané

Et mon second  avec en dessous la vidéo du processus :
And the second one with the process video below it:

Honnêtement j’ai vraiment aimé cela, et je vous conseille d’essayer, juste pour voir. De ne pas mettre de frein à vos envies concernant le dessin, d’ôter de votre tête tous les : je ne sais pas dessiner. Parce qu’ici ce n’est pas la finalité l’important, mais le processus nous y amenant.
Honestly, I really liked it and I advise you to try it just to see what it’s like. Don’t put any end to your desires concerning the drawing, remove from your head all the: “I don’t know how to draw.” Here, the important thing is the process that brings us there and not the result of the drawing.

Si vous voulez en savoir plus sur l’autopictographie et le dessin spontané, je vous conseille de vous procurer le livre de Serge Goldwicht (cité plus haut), il y propose plusieurs exercices complémentaires, et il propose même en Belgique  des ateliers : Son site :Dessin spontané
If you want to know more about auto-pictography and spontaneous drawing, I suggest you get the book from Serge Goldwicht (see above), he proposes several complementary exercises and he even offers workshops in Belgium. His online site: Spontaneous drawing.