nuancier
art journal, Développement personnel, Inspiration, mised media

Quoi tu fais ou complète un nuancier à chaque fois que tu achètes une nouvelle couleur ? Oui ! et je vais te dire pourquoi toi aussi tu devrais t’y mettre :)

Tu l’auras compris avec ce titre (très court), à chaque fois que je fais rentrer une nouvelle marque de peinture (acrylique et/ou aquarelle) dans mon atelier je crée un nuancier. Et je le complète à chaque nouvel achat de couleur de la-dite marque.
Non, ça ne vient pas de mon côté « psychopathe » organisationnelle (bien que doit quand même y avoir de ça), c’est juste qu’il y a de nombreux avantages pour ta pratique créative de créer des nuanciers. Tu brûles de les connaîtres n’est-ce-pas ?

Tout d’abord, c’est un excellent moyen de connaitre TES couleurs, celles que tu possèdes. D’une marque à l’autre les teintes des peintures sont différentes même si elles portent le même nom. Lorsque tu auras envie d’un combo, tu sauras tout de suite en consultant ton nuancier, la peinture qu’il te faut, et sa marque. Inutile de fouiller alors dans tous tes pots et tubes pour trouver La nuance  que tu veux. Gain de temps de recherche = Gain de temps pour créer. 

Comme tu peux le voir sur l’image je fais 3 déclinaisons à la couleur :
1 – La couleur brute d’origine sans aucun ajout (si ce n’est de l’eau) puis
2 – la couleur brute + du gris de Paynes pour obtenir une nuance plus foncée et enfin
3- la couleur brute + du blanc de titane pour obtenir une nuance plus claire.

Pour tous mes nuanciers j’utilise la même « marque » de gris de Paynes (dans mon cas celui d’Amsterdam) et la même marque de blanc de titane (celui de Pébéo) y a pas de raison particulière pour le fait d’utiliser ces marques là, si ce n’est que c’est celles que j’avais  sous la main lorsque j’ai fait mon premier nuancier.



Vous pourriez aussi aimer…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *